DSCF3369

L'Eglise paroissiale, qui est sous le vocable de Saint Pierre, est située au haut du village et son mur nord ainsi que son clocher surplombe le lac. En 1030, le Château était accoté par une église Saint Pierre, qui relevait alors le monastère de Correns pour passer ensuite aux Bénédictines de la Celle. Cette ancienne église, tout en conservant certaines de ses parties, fut transformée par une série de travaux entrepris de 1643 à 1646. Restaurée et agrandie, c'est aisni dès lors qu'elle s'offre à nos yeux.

C'est de cette époque, que date l'ouverture de la porte qui est au midi. Comme sa devancière, l'église actuelle ne comporte qu'une seule nef de 22 mètres de long. Couverte par une voûte d'arêtes, elle comprend 5 travées formées chacune par des arcs doubleaux reposant sur pilastres. Le chevet à 3 pans qui termine le vaisseau abrite un retable remarquable, constitué par trois panneaux; il est surmonté d'un fronton coupé par un médaillon et supporté par quatre colonne torses polychomes. D'autres retables plus ou moins riches ornent les autres autels.

C'est par un aculus de la façade que la lumière pénètre dans l'édifice et surtout par les cinq fenêtres qui furent ouvertes au XVIIeme siècle dans le mur du midi. Dans la façade dominant une rue en escalier, s'ouvre un portail à l'arc légèrement brisé, faisant penser à une partie de l'ancienne église, qui auraient été conservée. Outre les retables, l'église possède des richesses artistiques: quelques statues des XVII et XVIII eme siècles, un Saint Louis représenté en costume de l'antiquité romaine, un curieux bénitier et une toile du peintre Frédéric Montenard, représentant la Sainte Baume.